Open today: 09:00 - 19:00

LES GALETTES DE LA SEMAINE


BIENTÔT DANS LES BACS



Le superbe album instrumental de Marta Romàn et de son groupe The Blaxound est une brillante collection de soul cinématographique, de grooves changeants et de beaux arrangements de cuivres. Fortement recommandé par Neal Sugarman & Shawn Lee.Les Blaxound viennent de Barcelone et sont le projet autour de la très talentueuse Marta Romàn, qui écrit toutes les chansons elle-même, les produit dans son propre studio d'enregistrement et les termine avec l'aide de grands musiciens de la scène musicale locale. Particulièrement accrochée aux bandes sonores des films Blaxploitation des années 60 et 70, elle crée son son et s'appuie sur des arrangements de haute qualité. Le bon sentiment flotte immédiatement vers vous et laisse des traces dans votre canal auditif. Avec neuf morceaux matures sur leur album instrumental, The Blaxound touche le cœur des amis du funk instrumental et de la musique soul, un must pour les fans de Daptone !“Blaxound absolutely nailed It here. This record has all the rite ingredients. It is the perfect mixture of rhythm, horns & soulful organ. Blaxound have created the perfect bite of Soul Excitement.“ - Neal Sugarman (Daptone Records)“Solid AF arrangements brimming with soulful goodness. A very impressive album. Congrats!” - Shawn Lee
Eric Ghost 👻porte bien son nom car il est en effet un homme mystérieux. Ses propres albums sortis sur des pressages privé sont introuvables et à des prix 😱. Dans les années 60 il est le meilleur ami du Funky Jazzman Jeremy Steig ce qui en dit long sur son jeu de flûtiste.Ce chef-d’œuvre de jazz psychédélique a été enregistré en 1974/75 et met en vedette le bassiste Dave Valentin, Lincoln Goines dans ses débuts en studio ainsi que Jim McGilveray qui a enregistré avec Paul Horn et The Cult.Si vous êtes un fan de Jeremy Steig, alors cet album est pour vous. La musique est intense et demande votre attention, c’est à la fois Funky et Spiritual de la première note de "Orangeland" aux dernières notes de l’influence orientale "Bizarre Bazaar".Eric a été impliqué dans la Contre-Culture depuis son séjour au Maroc au début des années 1960 (alors qu’il servait dans l’armée américaine) peu de temps après l'enregistrement de cet album, il est arrêté dans une ville du nord de l'Etat de New York sous son vrai nom, Richard Barth Sanders coupable de fabrication de LSD la plus grande production à l'époque 1 million d'unités de dosage à 2$ pièce (il a inventé la méthode du papier buvard) il est condamné à 7 ans dans une prison fédérale.L’album est réédité avec la pochette originale avec l’ordre des titres correct pour la première fois.Eric Ghost is well named as he is indeed a mystery man. A contemporary (and best friend) of 1960's Funky Jazzman Jeremy Steig his self published Private Press albums are much coveted and difficult to obtain and command high prices.This Psychedelic Jazz masterpiece was recorded in 1975 and features Dave Valentin bassist Lincoln Goines in his studio debut as well as Jim McGilveray who went on to record with Paul Horn and The Cult.If you're a fan of The Blues Project "Flute Thing", Paul Horn's more esoteric offerings or indeed the aforementioned Jeremy Steig then this album is for you. The music is intense and demands your attention, it's both Funky and Spiritual from the first note of "Orangeland" to the last notes of the Eastern influenced "Bizarre Bazaar".Eric was involved with the Counter Culture from his time in Morocco in the early 1960's (while serving in the US Army, kind of like a Hip Elvis) until shortly after this album was recorded when under his real name, Richard Barth Sanders he was convicted of LSD Manufacture (he invented the blotting paper method of LSD distribution so could be entitled to say he was the world's first Acid Jazzer) and sentenced to 7 years in a Federal Prison.The album is re-issued with the original cover artwork with the correct track order for the first time.
L'album de Machine est un mystère. SorV en 1972 sur All PlaVnum Records, il a aussitôt disparu sans laisser de trace et seuls quelques exemplaires semblent avoir survécu. C’est à présent l'un des albums de funk les plus rares de la planète. L'album - connu seulement d'une poignée de collecVonneurs - aaeint des prix supérieurs à 5 000 $ les rares fois qu'un original est apparu, seulement quelques fois en vingt ans. Composé de trois jeunes musiciens de studio, le groupe joue un superbe mélange de funk militant et de soul chaude. Emmené par le chanteur et guitariste Michael Watson accompagné du bassiste CurJs McTeer et du baaeur Donald McCoy, l'album Machine est sorV tout droit des studios All PlaVnum du New Jersey où le label de Sylvia Robinson est alors installé. Les musiciens travaillaient pour le label depuis la fin des années 60, accompagnant principalement des groupes de label tels que Les Whatnauts. Le manager des Whatnauts, Bunch Herndon, fait d’ailleurs une appariVon sur l'album en tant que percussionniste. Outre le noyau des trois musiciens, le line-up de l'album comprend plusieurs autres musiciens cultes ainsi que l'orchestrateur Sammy Lowe, un professionnel chevronné qui avait travaillé pour Sam Cooke, James Brown et Nina Simone pour n'en nommer que quelques-uns. Ce solide groupe de musiciens concocte en studio une superbe poVon funk offrant le cadre parfait aux composiVons de Michael Watson. Sur la majeure parVe de l'album, il décide d’ailleurs d'ajouter une dimension sociale et poliVque à sa musique.L’album commence en force avec la bombe funk "Time Is Running Out" et son énorme groove mené par l'orgue Hammond de Ray Jones, renforcé par une puissante secVon de cuivres et des riffs de guitare implacables. Le Vtre est principalement instrumental à l'excepVon du refrain chanté ad-lib sur le formidable groove. La chanson est suivie de "Only People Can Save the World", une ballade poignante basée sur une structure similaire avec le refrain chanté sur un instrumental accrocheur. L'album conVnue sur la veine funk avec l'instrumental "Headhunter" comportant un autre groove explosif, suivi de "World", une chanson contestataire traitant de l'impact de la guerre du Vietnam sur la communauté afro- américaine. Le rythme ralenVt avec "Trails" avant de revenir à ses fondements funk sur l'instrumental "Lock Your Door" et de finir en beauté sur une note soul sixVes avec le Vtre "Boots in the Snow". Personne ne semble avoir d'explicaVon sur la raison pour laquelle cet album invisible est si rare, alimentant les rumeurs qu'il n'est en fait jamais sorV. On ne connaîtra sans doute jamais le fin mot de l'histoire, mais Wewantsounds se fait un plaisir de réparer ceae injusVce et de remeare en circulaVon ceae pépite funky pour le plaisir de tous les fans de soul et de funk. L'album est réédité ici dans sa pocheae originale et remasterisé par Colorsound Studio à Paris. Il comprend un encart de 2 pages avec de nouvelles notes de pocheae du journaliste anglais Charles Waring.Masterminded by singer and guitarist Michael Watson accompanied by bass player Curtis McTeer and drummer Donald McCoy, the album Machine came straight out of the New Jersey-based All Platinum studios where the label was based. The musicians had been active as session musicians for the label since the late 60s, mainly backing such label acts as The Whatnauts. As a matter of fact, the Whatnauts’ manager, Bunch Herndon, makes guest appearance on the album as percussionist. Beside the core group of Watson, McTeer and McCoy, the album's line-up features several other cult musicians and also the orchestrator Sammy Lowe, a seasoned professional who had been arranging for Sam Cooke, James Brown and Nina Simone to name just a few.​​This solid group of musicians worked their magic in the studio offering the perfect setting to Watson's compositions. On most of the album, Watson decided to add a social and political edge, a direction that was popular at the time with Marvin Gaye's 'What's Going On' and Curtis Mayfield's 'Superfly' having just been released to huge success. Kicking off the album is the Funk killer 'Time is Running Out' featuring a huge Hammond organ-led groove, enhanced by a powerful brass section and funky guitar licks. The song is mostly instrumental except for the refrain sung ad-lib over the formidable groove.​​The song is followed by "Only People Can Save the World" a soulful ballad based on a similar structure with the title sung over a catchy instrumental. The song is in fact the instrumental version of the Whatnauts' song of the same name which was also released in 1972. ​The album continues on the Funk vein with the instrumental "Headhunter" featuring another explosive groove, followed by "World," a protest song dealing with the impact of the Vietnam war among the African American community. The pace slows down with "Trails before going back to its deep funk foundations with the instrumental "Lock Your Door" and ending on a sixties soul note with the track "Boots in the Snow."​​Nobody seems to have an explanation as to why this elusive album is so rare fueling rumours it actually never came out. We will probably never know the full story of Machine, but Wewantsounds is glad to make up for this injustice and put this funky gems back into circulation for the pleasure of all the Soul and Funk heads.
La chanson des Echomen "Let’s Get Together" est apparue en premier sur le troisième volume de la série de compilation Movements (Tramp Records) il y a de nombreuses années. Malheureusement, ses paroles sont toujours d’actualité même 50 ans après son enregistrement
Matasuna Records" voyage en "Afrique du Sud" pour la première fois afin de rééditer deux superbes chansons Afro-/Jazzfunk du groupe "Freeway". Sorti en 1975 sur le label sud-africain "Flame", l’album "Abahambi – Balomhlaba" a été redécouvert et réédité par le label "Black Pearl Records" de Berlin en 2013. Pour la premiere fois Matasuna propose 2 morceaux en 45t issus de cet album, transféré des bandes originales et remasterisé au son comme jamais auparavant. Une sortie incontournable !
L'histoire de The Movers commence en 1967 en Afrique du Sud lorsque deux musiciens inconnus - les frères Norman et Oupa Hlongwane - approchent Kenneth Siphayi, un riche et élégant homme d'affaires du township d'Alexandra, pour lui demander s'il peut leur acheter des instruments de musique. En échange, il recevrait une part des futurs spectacles et contrats d'enregistrement. Kenneth a fini par faire bien plus : il est devenu leur manager, les a installés dans un local de répéJJon et leur a présenté un organiste qui s'est avéré être le chaînon manquant du son squeleMque du groupe. Il leur a également donné leur nom : The Movers... parce que, comme il l'a dit, leur musique allait vous émouvoir, que vous l'aimiez ou non. Le groupe a explosé sur la scène musicale du pays, marquée par la ségrégaJon raciale, à l'aube des années 1970, avec un son qui appliquait les grooves d'orgue roulant et les rythmes élasJques de la soul américaine à des chansons venues directement du cœur des townships. Les Movers ont fini par signer chez Teal Records en 1969, et leur premier album, Crying Guitar, s'est vendu à 500 000 exemplaires au cours des trois premiers mois, les propulsant au premier rang des groupes sud-africains. Au cours de leur première année, ils sont passés du statut de sensaJons locales à celui de premier groupe de Sud-Africains noirs à voir leur musique passer sur les staJons de radio blanches du pays. Bien que le premier disque soit enJèrement instrumental, The Movers a commencé à travailler avec différents chanteurs peu après - marquant un succès précoce avec le prodige vocal de 14 ans Blondie Makhene - et a enrichi sa pale[e sonore avec des cuivres, des percussions supplémentaires et divers claviers. Leur pale[e stylisJque s'est également élargie, incorporant des éléments de Marabi, de Mbaqanga, de jazz, de funk et de reggae dans leur son imprégné d'âme. Mais l'essence de leur musique vient de la connexion presque télépathique de leurs membres fondateurs : l'orgue frémissant de Sankie Chounyane, les lignes de guitare décontractées d'Oupa Hlongwane, les grooves de basse énergiques de Norman Hlongwane et les rythmes frémissants du ba[eur Sam Thabo. Le groupe a[eint son apogée au milieu des années 1970, et son tube "Soweto Inn", chanté par Sophie Thapedi, devient indissociable des révoltes étudiantes qui marquent une nouvelle résistance au gouvernement de l'apartheid. En 1976, cependant, leur manager est évincé et leur producteur commence à jouer un rôle plus acJf dans la direcJon du groupe. À la fin de la décennie, il ne reste plus aucun membre d'origine, mais à leur sommet, les Movers étaient des Jtans de la soul sud-africaine qui ont laissé un héritage de plus d'une douzaine d'albums et d'innombrables singles de pur groove. Sur The Movers 1970-76, Analog Africa présente 14 des meilleurs Jtres du groupe à son apogée.
Un superbe album de Jazz Latin Funk Soul enregistré en 1977 par Carlos Franzetti avec un groupe incluant le percussionniste Ray Mantilla, Victor Venegas à la basse et Dick Meza de l’orchestre Tito Puente, Carlos a joué tous les claviers, a écrit les morceaux et a également été responsable de tous les arrangements.Sorti par Guiness Records et rapidement oublié, il a été repris par les DJ’s au début de la scène Jazz Dance de Londres où "Cocoa Funk" est devenu un must, apparaissant finalement sur Soul Jazz Records re-issue de la série "London Jazz Classics". Il est également devenu un succès en Allemagne après avoir été réédité sur un double vinyle par le principal label Sonorama Records.Maintenant disponible à nouveau pour une somme raisonnable, dans son format d’origine et toujours la photo du décolleté de Farrah Fawcett 😊
Chef-d’œuvre entre blue-eyed soul et yacht rock, Black and White Raven est un album né du rêve de jeunesse d’Archie James Cavanaugh d’enregistrer sa propre musique au fin fond des régions sauvages de l’Alaska. Avec un casting fruit de voyages au nord-ouest de la côte Pacifique et qui réunit notamment Tony Bellamy et Pete DePoe de Redbone, ce premier album a été enregistré à la toute fin des années 70. Sorti en 1980 sur un pressage privé, le disque désormais ultra recherché, est resté à l’époque très confidentiel. Des traces de disco, de soul, de funk, de gospel et de schooner rock se mêlent librement à son héritage tlingit, ethnie indigène du sud-est de l’Alaska, créant un portrait optimiste et désinvolte de la vie dans le 49e État.

​Wewantsounds est ravi de présenter l’une des bandes sonores les plus connues d’Ennio Morricone pour le film policier français culte 'Sans Mobile Apparent' de 1971 réalisé par Philippe Labro. Cette superbe bande-son mettant en vedette le son classique de Morricone n’a jamais été largement disponible en vinyle à l’exception d’une petite édition limitée. L’ensemble a été soigneusement remasterisé à partir des bandes originales avec de la laque coupée par Frederic Alstadt (Mont Analogue) et pochette de gatefold conçu par Eric Adrian Lee. Enfin, Philippe Labro lui-même a partagé son expérience dans une interview exclusive avec Jeremy Allen, discutant de la réalisation du film, travaillant avec le Maestro (à seulement 34 ans) et son incroyable parcours professionnel en croisant Jean Luc Godard, Serge Gainsbourg et Jean-Pierre Melville.
Wewantsounds annonce la toute première sortie du mythique concert de Freddie Hubbard et de son quintet enregistré à Paris à la Maison de la Radio (ORTF) le 25 mars 1973.Hubbard est accompagné de George Cables au Fender Rhodes, Junior Cook au saxophone/flûte, Kent Brinkley à la basse et Michael Carvin à la batterie.Le groupe interprète quatre classiques de Hubbard en mode Jazz Funk.1973 est une année charnière pour Freddie Hubbard, il est l'une des jeunes stars du jazz depuis plus d'une décennie, il a également enregistré comme sideman pour des légendes telles que John Coltrane, Art Blakey et Ornette Coleman.Il signe chez CTI en 1970 lancé par Creed Taylor, c'est le label de jazz en vue à l'époque, visant le marché pop avec un son jazz fusion léché et des pochettes d'albums stylisées et luxueuses.Hubbard y enregistre cinq albums studio qui rencontrent un grand succès, renforçant ainsi sa réputation de superstar du jazz.Au début de l’année 1973, après avoir enregistré avec la crème de CTI (Ron Carter, Jack Dejohnette, George Benson, Herbie Hancock etc.), le trompettiste décide de former un nouveau quintet composé de Junior Cook et Kent Brinkley, ainsi que deux jeunes de la florissante scène post-bop : le pianiste George Cables - qui a fait ses armes avec Woody Shaw et Joe Henderson - et le batteur Michael Carvin qui avait joué avec Doug Carn et Henry Franklin sur leurs albums sortis chez Black Jazz. Le quintet s’apprête à enregistrer "Keep Your Soul Together" pour CTI en octobre 73 mais en ce début d’année, les musiciens rôdent le groupe avec une tournée européenne qui les amène à Paris à la Maison de la Radio le 25 mars.La musique qu'ils jouent pendant la soirée est lumineuse, organique et inspirée très différente du son CTI.Les musiciens jouent ici quatre standards du trompettiste : "Sky Dive", "The Intrepid Fox", "Povo" et "First Light" : la musique conserve la quintessence des quatre belles mélodies et les sublimes avec de longs solos nourris du Fender Rhodes de George Cables et de la puissante batterie de Michael Carvin.Le concert qui a aussi été filmé pour la télévision française est devenu culte au fil des années et c'est l’une des performances les plus inspirées du jazzman durant une période clé peu documentée !Wewantsounds est heureux de rendre un vibrant hommage à Freddie Hubbard avec la sortie officielle d’un concert devenu mythique. Les bandes du concert ont été transférées dans les studios de l'INA et remasterisées par Colorsound Studio. Le double LP avec pochette gatefold et OBI a été conçu par Raimund Wong avec des notes du journaliste anglais Kevin Le Gendre.Une sortie très attendue pour le RSD du 18 juin 2022
Le pianiste et leader vocal né à Accra, ROB, n’a sorti que quelques albums en petites quantités, mais deux d’entre eux figurent parmi les disques les plus recherchés de l’Afrique des années 70.Alors, que savons-nous? Après avoir appris son métier au Bénin et joué avec l’Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou, ROB est retourné à Accra pour écrire ses propre chanson et trouver un son. Accro au Funk entraînant et à la Soul brute de stars telles que James Brown et Otis Redding, il imitait souvent ses héros sur le piano de son père pendant les vacances scolaires.La premiere chanson de l’album donne le ton avec un rythme à la JBs, ROB presque chamanique avec sa voix clairsemée mais imposante. L’orgue et la guitare wahwah nous font tournoyer avant que les trompettes impérieuses ne nous ramènent.Et quelle meilleure façon de clôturer cet ensemble qu’avec “More”, balayé par un question-réponse entre Rob et ses choristes alors qu’un synthé “Blow Your Head” éclate et que les cuivres explosent. Bons moments garantis.Comme il le dit lui-même, « la musique funky est dans mon sang. Ce que vous entendez est la révélation de mon esprit ».No one sounds like Rob, because there is no one like Rob.Présenté dans une réplique de la pochette et avec un obi stripÉdition vinyle rouge.1977 Classic funk ouest-africain fortement influencé par James Brown.

Pour son premier enregistrement sur "Reprise Records" avec qui elle vient de signer un contrat d'exclusivité, celle qu'on a surnommée "The First Lady Of Song", Ella Fitzgerald réalise un coup de maître: son Geat Ready est enthousiasmant de punch et de dynamisme.
La chanson des Echomen "Let’s Get Together" est apparue en premier sur le troisième volume de la série de compilation Movements (Tramp Records) il y a de nombreuses années. Malheureusement, ses paroles sont toujours d’actualité même 50 ans après son enregistrement
Matasuna Records" voyage en "Afrique du Sud" pour la première fois afin de rééditer deux superbes chansons Afro-/Jazzfunk du groupe "Freeway". Sorti en 1975 sur le label sud-africain "Flame", l’album "Abahambi – Balomhlaba" a été redécouvert et réédité par le label "Black Pearl Records" de Berlin en 2013. Pour la premiere fois Matasuna propose 2 morceaux en 45t issus de cet album, transféré des bandes originales et remasterisé au son comme jamais auparavant. Une sortie incontournable !

This website uses cookies to offer you the best online experience. By continuing to use our website, you agree to the use of cookies.